LA GAMBIE, mieux connaître le pays.


pict_gambie1

GÉOGRAPHIE

La Gambie est le plus petit pays d’Afrique. Il se présente comme une enclave du Sénégal et s’étend de part et d’autre du fleuve Gambie, sur une largeur de 20 à 50 km au Nord et au Sud du fleuve, et jusqu’à 320 km d’Ouest en Est et en amont de l’embouchure. Le relief du pays est plat et ne s’élève jamais au-delà de 55 mètres au-dessus du niveau de la mer.

CLIMAT
La Gambie est située dans la zone intertropicale. Il y fait toujours chaud, avec un ensoleillement exceptionnel.
Il y a deux saisons : la saison sèche et la saison des pluies. La saison sèche va d'octobre à juin sans pratiquement une goutte de pluie. La saison des pluies va de juillet à septembre. Tornades, pluies plus ou moins diluviennes rendent parfois les déplacements difficiles. En peu de temps, la végétation exulte. Les baobabs se couvrent de pompons verts, les champs deviennent pâturages pour le plus grand bonheur du bétail et des biquettes, les vergers et les potagers regorgent de fruits et de légumes, les marchés bourdonnent. La période idéale pour visiter la Gambie est de novembre à mars. Après mars, les températures grimpent fortement.

ARGENT, CHANGE
La monnaie gambienne est le
Dalasi. En changeant 1 Euro, on obtient environ 43 Dalasi selon le cours du change. Sur place, il y a de nombreux bureaux de change ainsi que des distributeurs. Vous n’aurez aucun mal à échanger des Euros pour des Dalasis en sortant du Senegambia Beach Hotel. Le taux de change est nettement moins intéressant dans les hôtels. Au niveau restos, voici une fourchette de prix correspondant à un repas, sans boisson :
- Bon marché : 100 à 250 Dalasis (2,40 à 6 Euros).
- Prix moyen : 250 à 450 Dalasis (6 à 11 euros).
- Plus chic : + de 450 Dalasis (+ de 11 euros).

PRATIQUE
Santé : Souscrivez avant de partir à une assurance qui comprend les frais d’hospitalisation, frais médicaux et rapatriement sanitaire. Le corps médical Gambien est plutôt au point et on trouve des pharmacies presque partout. Si vous êtes malade, notre clinique partenaire sera AFRICMED Clinic Gambia Ltd. qui est reconnue par les compagnies d’assurances internationales, comme Europe Assistance, Mondial Assistance, AXA, BUPA, SOS International…o
Vaccin : Le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire pour rentrer en Gambie. Ne pas oublier d’emporter votre carnet international de vaccinations. Voici à titre informatif un lien des zones endémiques de la fièvre jaune dans le monde.
Malaria (Paludisme) : L'animal le plus à craindre sous les tropiques n'est ni le tigre, ni le serpent, ni même le crocodile, mais le MOUSTIQUE !!!
Toutefois, en dehors de la saison des pluies, le risque de paludisme est fortement diminué durant la saison sèche qui va de octobre à mai.
Le moustique Anophèle transmet la Malaria (paludisme) et il n'est actif qu'entre le coucher du soleil et l'aube. Voici à titre informatif un lien intéressant indiquant les zones infectées par la malaria dans le monde. La maladie peut survenir dans la plupart des régions tropicales et subtropicales de la planète. C’est en Afrique que le risque est le plus important et il est recommandé malgré tout de voir son médecin traitant afin de se faire prescrire un médicament préventif. Lors de la prise des médicaments contre la malaria, certaines personnes pourraient présenter des effets secondaires mais généralement de caractère mineur, , C'est d'ailleurs pour cette raison que c'est votre médecin qui décidera quel médicament convient le mieux. Par notre expérience en Afrique, lors de nos différents boogie au Kenya et au Mozambique nous n’avons pas eu d’effets secondaires avec la Malarone.
Sanitaire : Le voyageur tropical arrive d'un pays dans lequel tous les aliments sont contrôlés, aseptisés : nous sommes donc peu habitués aux toxines des aliments mal conservés, aux shigelles des ragoûts et aux amibes des salades.
La moindre toxine, la moindre bactérie, déclenchera chez le voyageur une
diarrhée (turista) aussi banale qu'inévitable. C'est le risque majeur et très mineur en même temps pour le touriste. La moitié des cas de maladie en voyage sont des diarrhées. Si cela se produit, il faut penser à  se ré-hydrater fréquemment.
Le meilleur moyen de se prémunir est essentiellement
en se lavant les mains avant de manger !
Au restaurant, l'apparence de modernité ne met pas à l'abri d'infections alimentaires : il vaut mieux souvent aller manger dans un « boui-boui » ou un village de brousse où l'on respecte certaines traditions culinaires, même approximatives, que dans un hôtel-restaurant " de luxe " où, derrière, dans les cuisines, on ne respecte aucune tradition et où l'on ne maîtrise pas encore les nouveaux comportements de la cuisine collective moderne.

Electricité : 220 volts. 50 Hz. Prise Européenne à 2 broches au Senegambia Beach Hotel.
Photos : Les Gambiens n'aiment pas trop qu'on les photographie. Il est préférable de demander leur autorisation.
Téléphone : On peut utiliser son propre téléphone portable avec l'option Europe ou Monde. Mais gare à la note salée ! A condition d’avoir un téléphone débloqué, il est conseillé d'acheter sur place une carte SIM locale prépayée chez l'un des nombreux opérateurs. Notre hôtel Senegambia Beach Hotel a en général des cartes SIM à vous proposer à la réception ce qui vous permettra d’être connecté avec le reste du monde dès votre arrivée ! Pour appeler de la Gambie vers l’Europe, composez 00 + l’indicatif du pays appelé. L’indicatif téléphonique de la Gambie est le 220.
Internet : Aucun problème pour se connecter dans les hôtels en Wifi. Mais la connexion n’est pas toujours suffisamment élevée pour du «lourd» selon les heures.

pict_gambie2

CUISINE
Le riz est l'aliment de base. Les plats principaux sont :
- Le poulet Yassa (poulet mariné avec des oignons émincés puis grillé, servi avec une sauce tomate. Sa variante avec du poisson au lieu de poulet étant le Caldo).
- Le Domoda (riz avec de la viande ou du poisson accompagné d'une sauce tomate-cacahuètes).
- Le Benechin (riz au poisson, ou avec de la viande).
Ces plats sont plus ou moins épicés selon les goûts de chacun.
Il y a beaucoup de poisson, bien sûr. Barracuda et grupa sont excellents. On peut se procurer toutes sortes de produits frais, des légumes et des fruits exotiques. La saison des pluies est aussi celle des mangues. Elles ne coûtent pas cher et elles sont délicieuses. Idem pour les bananes, les papayes, les pastèques et les oranges.

pict_gambie3

FAUNE
Les chasseurs et le recul progressif des forêts, suite à la sécheresse et à la cuisine traditionnelle au charbon de bois, ont été cause de la disparition de beaucoup d'animaux en Gambie. Aujourd'hui, il subsiste une centaine d'hippos, des gazelles, des biches, des servals, des phacochères, des varans et beaucoup de singes. Mais les grands animaux sont de moins en moins nombreux.
Heureusement, il y a les oiseaux qui font de la Gambie un pays de référence pour les amateurs de birdwatching. La réserve d'Abuko et les îlots de Tanji sont une visite intéressante.

ECONOMIE
L’agriculture fait vivre les trois quarts de la population. L'économie est très dépendante de l'arachide
qui représente une grande part des exportations du pays. Le riz, le mil, le sorgho ainsi que les produits de l'élevage sont destinés à la consommation locale. Depuis quelques années se développent aussi les cultures de coton, de sisal, des agrumes et de tabac. Quant au tourisme, il représente aujourd'hui une activité importante. Le gouvernement souhaite que la Gambie accueille près d’un million de visiteurs en 2015.

HISTOIRE, POLITIQUE
À son apogée, au XIVème siècle, l'empire du Mali s'étendait jusqu'en Gambie.
En 1455, les Portugais installent des comptoirs le long du fleuve Gambie à partir duquel ils organisent la traite des Noirs. En 1723, la Compagnie britannique d'Afrique achète de la terre en Gambie.
Dès 1816, les Britanniques occupent ce petit territoire enclavé dans le Sénégal, et les Français n'arriveront pas à les en déloger. En 1894, le pays devient un protectorat britannique.
La Gambie acquiert son indépendance en 1965 et Dawda Jawara en devient le premier président.

Le 22 juillet 1994 un groupe d’officiers, menés par le capitaine Yahya Jammeh, renverse le gouvernement. En 1996, le Président Jammeh accepte d'engager un processus de démocratisation qui le confortera au pouvoir lors des élections de 1996 ou il sera élu au suffrage universel et puis réélu en 2001, 2006 et 2011. Le Président Yahya Jammeh est toujours l’actuel président de la Gambie depuis les élections de 2011.